Idefix

Calendrier

« février 2017 »
L M M J V S D
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 1 2 3 4 5
 

Le bleu de méthy­lène, c’est beau, et voilà la preuve ! Sa den­sité étant plus forte que l’eau froide uti­li­sée, il s’enfonce dans l’eau en dif­fu­sant aussi laté­ra­le­ment assez len­te­ment.

Les photos ne sont pas très nettes, mais il sera sans doute pos­si­ble de refaire la même chose en chan­geant l’éclairage (et en fai­sant tour­ner ? En rajou­tant des den­si­tés dif­fé­ren­tes ? en chauf­fant ? Si vous avez des idées de milieux où les pana­ches sont inté­res­sants, n’hési­tez pas !)

Le bleu de méthy­lène se pré­sen­tant en peti­tes pas­tilles, la forme exacte obte­nue en en dépo­sant un peu sur la sur­face de l’eau (ici, rien ne bouge) dépend de para­mè­tres très peu contro­la­bles (taille exacte des pas­tilles dépo­sées, quan­tité et répar­ti­tion spa­tiale), donc c’est pas ou prou repro­duc­ti­ble exac­te­ment. Mais la forme des pana­ches est ici très jolie, et assez carac­té­ris­ti­que de ce que l’ on prend pour des pana­ches dans l’ima­gi­naire col­lec­tif : une tête de pana­che en cham­pi­gnon (rap­pel­lez vous la bombe ato­mi­que) qui se déforme peu, et une queue qui s’allonge et se contracte. En dyna­mi­que (donc pas visi­ble sur cette photo), on peut voir que l’évolution des pana­ches est bien plus impré­vi­si­ble et chao­ti­que : des ins­ta­bi­li­tés peu­vent se former autour des pana­ches, former de nou­veaux pana­ches etc.